Une nuit dans le désert du Sahara.

Une nuit dans le désert du Sahara.

Nous sommes partis tôt ce matin-là de Marrakech, accompagnés de notre chauffeur et d’un couple d’italiens Suzy et Pino. Pendant plus de 8 heures nous avons serpenté les routes du haut Atlas. Nous admirons les paysages changeant au fil des kilomètres. En arrivant vers la petite ville de Zagora, le désert se dessine lentement, quelques dunes par-ci par-là. Le paysage est de plus en plus aride et les quelques arbres nous font penser à ce que l’on trouve en Afrique subsaharienne.

Cette longue route sinueuse nous a fatigués, mais l’excitation reprend le dessus quand nous rencontrons Najir et nos dromadaires. Ces animaux sont majestueux et amicaux. Au début, j’ai un peu peur de m’approcher, ils ont des dents si grosses qu’ils peuvent faire qu’une bouché de ma main. Mais Najir, son dresseur me rassure. Et très vite l’appréhension disparaît.

 

 

Article lié: Death Valley: où s’arrêter ?

 

Il nous faudra une heure à dos de dromadaire pour rejoindre notre camp et nous retrouvons Lahcen le gardien des lieux. Il nous accueille avec un délicieux thé à la menthe et quelques biscuits. Cet homme est adorable. Malgré la barrière de la langue le courant passe très rapidement entre nous 5.

 

 

Il nous prête des habits Berbère et il nous montre du doigt les meilleurs endroits pour admirer le coucher du soleil. Comme des enfants nous nous empressons de monter sur ces immenses dunes. Le sable est doux, fin et immaculé. Quel spectacle… Je commence à réaliser qu’un de mes rêves d’enfant est en train de prendre vie: Je suis dans le désert du Sahara.

 

 

Nous partageons ensuite un repas à la bougie sous un ciel étoilé flamboyant. Au menu soupe marocaine, tajine de poulet et pastèque. Pendant ce repas, nous rions beaucoup et parfois un silence… loin d’être pesant, nous profitons simplement du moment, de l’immensité et du calme que l’on ne retrouve nul par ailleurs.

Lahcen nous a rejoint et nous échangeons sur nos cultures et nos vies. Quand on ne se comprend pas, nous dessinons dans le sable. C’était une très bonne soirée, tout en simplicité.

Le réveil sonne, 5h… c’est très dur mais l’envie d’admirer le lever du soleil est plus forte. Une fois préparés, nous courrons au sommet de ce que Lahcen appelle la grande dune. Il est dur d’expliquer ce que j’ai ressentie… cette immensité, cette beauté… je me sentais reconnaissante et privilégiée… Un moment magique dans un lieu hors du commun.

 

 

Vers 6h30, nous allons prendre notre petit déjeuner servi par le dévoué Lahcen. Il est tôt mais le soleil chauffe déjà beaucoup. L’heure tourne, il est 7h15 il est temps de dire au revoir.  Nous remontons sur nos dromadaires pour quitter le camp. Le Sahara était un rêve et nous sommes aux anges de l’avoir réalisé.

 

Le désert a quelque chose de spécial… C’est très difficile à décrire. On songe déjà à y revenir, cette fois sur plusieurs jours… comme on dit au Maroc Inch’Allah.

 

Si tu as aimé cette aventure au Sahara, n’hésite pas à la partager ou l’enregistrer sur Pinterest



2 thoughts on “Une nuit dans le désert du Sahara.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *